Estimer son appartement seul à Asnières-sur-Seine : les principales erreurs à éviter

Partager sur :

Bien qu’il ne faille pas obligatoirement faire appel à un professionnel pour faire estimer son bien avant sa mise en vente, le procédé reste conseillé. Le fait d’estimer son appartement seul peut exposer à des faux pas compromettants pour le projet. Les plus courants sont les suivants. 

Estimer le bien sans connaître les spécificités du marché local

Les prix courants, les exigences des acheteurs ou encore les normes sont des éléments qui influent sur la valeur d’un bien. Or, ils peuvent varier d’un quartier à un autre au sein de la ville. Ne pas les connaître et les prendre en compte dans l’estimation d’un appartement à Asnières-sur-Seine va forcément mener à des résultats erronés.

Estimer le bien sans tenir compte de l’importance de son emplacement

La situation géographique du bien doit être prise en compte lors de son estimation. Il en est de même de sa localisation au sein de l’immeuble lorsqu’il est question d’un appartement. Ne pas considérer l’impact de ces deux éléments en même temps va fausser les résultats de la démarche.

Estimer le bien en négligeant certains de ses défauts

Cette erreur est sans doute la plus tentante pour un propriétaire immobilier qui estime son bien seul. Elle consiste à omettre certains défauts de l’appartement afin d’obtenir une valeur plus élevée à l’issue de l’estimation. Autrement dit, il s’agit de surestimer le logement, au risque de ralentir la vente.

Estimer le bien en méconnaissant ses atouts

Ce faux pas survient le plus souvent lorsque le propriétaire immobilier ne connaît pas suffisamment le bien qu’il souhaite estimer seul. Peut-être ne l’a-t-il pas utilisé lui-même ou vient-il de l’acquérir pour aussitôt le revendre. L’appartement risque alors d’être sous-évalué. 

Estimer le bien en laissant interférer ses émotions

Cette erreur survient couramment si le propriétaire immobilier a personnellement habité ou utilisé le bien avant de le mettre en vente. Ses souvenirs et les émotions qui en découlent peuvent alors influer sur l’estimation qui en fera. Le plus souvent, cela aboutit à une surestimation.